Séminaire 1.

Identification du concept – Approche historique

Olivier Clochard, Pierre-Olivier Chaumet, Philippe Rygiel

18 octobre 2016 – Paris VIII, 15h30-18h30

Identifier les camps dans leurs manifestations contemporaines nécessite dans un premier temps de les analyser selon une approche socio-historique. Sous l’apparence d’une physionomie moderne, les camps de réfugiés ou les camps de déplacés internes ne renvoient-ils pas à un phénomène concentrationnaire par lequel l’Etat maintient des personnes étrangères en quête de protection ou d’une vie meilleure dans des lieux de non droit ou d’infra-droit ? Afin de mieux éclairer les contours contemporains des camps, il convient sans doute d’en restituer les contours historiques.

Olivier Clochard pourra ainsi présenter ses travaux sur le phénomène historique des camps. Comme il l’a très bien analysé, la séquence historique de la Seconde Guerre mondiale présente un intérêt majeur pour définir les camps mais ces derniers se révèlent en réalité contemporains de la mise en place d’une politique migratoire restrictive. Ainsi, l’origine officielle des camps date du mois de novembre 1938 lorsqu’une loi sur les « étrangers indésirables » fut adoptée. A l’époque, les camps étaient présentés comme des procédés non pas racistes mais, au contraire, nécessaires d’un point de vue « humanitaire » puisqu’ils permettaient de satisfaire les besoins de logement et de nourriture des étrangers indésirables…

Pierre-Olivier Chaumet, historien du droit, pourra revenir, selon une approche plus microhistorique, sur le phénomène des camps destinés aux réfugiés espagnols.

Philippe Rygiel, historien, discutera de manière plus générale les présentations des deux intervenants et animera la discussion avec les membres du réseau.

2017-11-08T19:09:36+00:00

Laisser un commentaire